Syndicat de Bassin de l'Elorn
Etablissement Public Territorial de Bassin
 

Entretien et aménagement des cours d’eau

Contact : Gwenola LE MEN - Technicienne de rivière

 

Restauration de la continuité écologique du Penguilly au droit du Moulin de Penguilly

Les travaux de restauration de la continuité écologique du Penguilly au droit du Moulin de Penguilly ont été réalisés sous maîtrise d’ouvrage du Syndicat de Bassin de l’Elorn entre août 2014 et juillet 2015.

Pourquoi ces travaux ?
Lors de la construction de la prise d’eau potable de Penguilly et de son étang de réserve dans les années 1960, le cours d’eau a été dévié en quasi-totalité dans le bief du Moulin de Penguilly qui se termine par 2 importantes chutes d’eau, totalement infranchissables par les poissons migrateurs. De plus, la prise d’eau potable a été construite dans le lit majeur du ruisseau qui a été comblé sur 120 mètres de long. Site de Penguilly avant travaux

JPEG - 597.3 ko
Chute d’eau du bief
JPEG - 2.4 Mo
Etang avant travaux
JPEG - 1.5 Mo
Aval étang (avant travaux)

L’objectif des travaux était donc de remettre le cours d’eau dans son lit d’origine, pour permettre la circulation des poissons migrateurs et une bonne évacuation des sédiments vers l’aval, tout en respectant le droit d’eau du Moulin de Penguilly.

Travaux réalisés :
Les travaux ont consisté à :

  • vider et combler partiellement l’étang de réserve de l’ancienne prise d’eau potable pour y recréer une portion de cours d’eau
  • démonter le moine de vidange de l’étang et ouvrir la digue
  • démanteler les ouvrages de l’ancienne prise d’eau potable : conduites souterraines, pompe, vanne, etc.
  • recréer une portion de cours d’eau entre l’étang et l’ancienne prise d’eau potable
  • élargir le cours d’eau existant en aval
  • ensemencer et planter les berges du cours d’eau recréé pour assurer leur stabilité dans le temps
  • installer un répartiteur des débits, sur l’amont du site, entre le cours d’eau recréé et le bief du Moulin de Penguilly ; répartiteur respectant à la fois le débit réservé du ruisseau et le droit d’eau du moulin
  • installer 2 passerelles pour maintenir la continuité du sentier de randonnée traversant le site, et pour pouvoir accéder au répartiteur des débits
  • installer un pont-cadre pour pouvoir accéder à une prairie en aval

Au final, 350 m de cours d’eau ont été renaturés, redonnant ainsi au site son caractère naturel d’antan.

Site de Penguilly après travaux

JPEG - 331.5 ko
Cours d’eau renaturé dans l’étang
JPEG - 899.2 ko
Cours d’eau renaturé en amont de l’ancienne prise d’eau
JPEG - 1.1 Mo
Répartiteur des débits
 

LES TRAVAUX D’ENTRETIEN ET D’AMENAGEMENT DES COURS D’EAU

Depuis 1999, le Syndicat de bassin de l’Elorn est maître d’ouvrage des travaux d’entretien et d’aménagement des cours d’eau des bassins versants de l’Elorn, de la Rivière de Daoulas et du Camfrout.

Réalisés, jusqu’en 2013, dans le cadre de contrats quinquennaux, appelés Contrats de Restauration et d’Entretien des cours d’eau (CRE) puis Contrats Territoriaux pour les Milieux Aquatiques (CTMA), ces travaux sont désormais intégrés au Contrat de bassin versant sous forme d’un Volet Milieux Aquatiques Cours d’Eau (VMACE).
Ils concernent environ 470 km de cours d’eau et répondent à des enjeux et des objectifs précis :

  • Enjeux « Ecologiques » : préserver et diversifier les habitats, la faune et la flore aquatique
  • Enjeux « Sociaux » : permettre la pratique de la pêche, du canoë-kayak, de la randonnée, … et améliorer la perception des cours d’eau
  • Enjeux « Hydrauliques » : limiter les risques d’inondation
  • Enjeux « Continuité écologique » : permettre la circulation des poissons migrateurs et l’évacuation des sédiments
  • Enjeux « Morphologiques » : maintenir ou atteindre le bon état morphologique de l’ensemble des cours d’eau.

Des travaux d’entretien de la ripisylve, avec gestion des embâcles, de restauration des berges par des techniques végétales, de diversification des écoulements et des milieux, et d’aménagement ou d’effacement des obstacles à la continuité écologique des cours d’eau sont ainsi réalisés.

 

Le territoire d’actions du VMACE Elorn / Daoulas

JPEG - 893.3 ko
Territoire du VMACE Elorn / Daoulas

Sur le bassin versant de l’Elorn :
Alors que dans le CRE Elorn 1999-2003, les travaux étaient limités à l’aval des principaux cours d’eau (secteurs historiquement entretenus par l’AAPPMA de l’Elorn), ils sont, depuis 2004, réalisés sur la totalité des cours d’eau du bassin versant, jusqu’aux têtes de bassin versant (zones de sources).
En 2009, les cours d’eau de l’amont de l’estuaire de l’Elorn ont été intégrés au programme de travaux ; les ruisseaux de l’aval de l’estuaire étant intégrés au programme d’entretien et d’aménagement des cours d’eau de Brest métropole.

Sur les bassins versants de la Rivière de Daoulas et du Camfrout :
Le premier CRE de Daoulas a été signé en 2003 et concernait les cours d’eau du bassin versant de la Rivière de Daoulas, des sources à l’estuaire.
Le bassin versant du Camfrout et les ruisseaux côtiers estuariens ont été intégrés au programme de travaux en 2008, après qu’ils aient été inclus au territoire d’actions du Syndicat de Bassin de l’Elorn.

 

RESTAURATION DE LA CONTINUITE ECOLOGIQUE DES COURS D’EAU

Parallèlement aux travaux d’aménagement ou de suppression des petits obstacles à la circulation des poissons réalisés dans le Volet Milieux Aquatiques - Cours d’eau, le Syndicat de Bassin de l’Elorn mène des actions pour restaurer la continuité écologique des cours d’eau (circulation des poissons migrateurs et évacuation des sédiments).
En 2010, 4 importants ouvrages, interrompant la continuité écologique des cours d’eau, ont été retenus comme ouvrages à aménager en priorité suite à l’élaboration de la Loi Grenelle 1 de l’Environnement du 3 août 2009 :

  • Le tunnel de la Zone du Fromeur – Moulin du Can sur le Quillivaron à la limite des communes de Landivisiau et de Lampaul-Guimiliau
  • Le site de l’ancienne prise d’eau potable de Penguilly, au droit du le Moulin de Penguilly, sur le Penguilly à Bodilis
  • L’étang de la Faïencerie sur le Lohan à Daoulas
  • Le seuil de la station de mesure des débits de Pont Mel sur la Mignonne à la limite des communes de St Urbain et d’Irvillac. Carte des ouvrages "grenelle" {JPEG}

En 2011, le Syndicat de Bassin de l’Elorn a fait réaliser une étude pour connaître les possibilités d’aménagement de ces ouvrages.

A l’issue de cette étude, il a été décidé de réaliser un bras de contournement de l’aval du tunnel du Quillivaron, de recréer une portion de cours d’eau à la place de l’ancienne prise d’eau potable de Penguilly, et de laisser les vannes de l’étang de la Faïencerie ouvertes de la fin de l’été à la fin du printemps.
Les travaux de restauration de la continuité écologique du Quillivaron et du Penguilly ont été réalisés en 2014 et 2015.
Pour en savoir plus sur les travaux de restauration de la continuité écologique du Penguilly

JPEG - 475.2 ko
Quillivaron (après travaux) : bras de contournement
JPEG - 1.3 Mo
Penguilly (après travaux) : cours d’eau recréé
 

Les poissons migrateurs et la continuité écologique

Les poissons migrateurs concernés par la restauration de la continuité écologique des cours d’eau sont :

  • Les salmonidés (saumons, truites) qui remontent les rivières pour frayer sur des zones de graviers, bien oxygénées
  • Les anguilles : la montaison des jeunes anguilles (civelles, anguillettes) peut être empêchée, comme pour les salmonidés par des seuils (de moulins notamment) en travers des rivières, et la dévalaison des adultes par les turbines hydroélectriques, des vannes, etc.

L’inaccessibilité des cours d’eau est une des causes du déclin des populations d’anguilles observé depuis les années 1980.

Afin d’arrêter ce déclin, la France a déposé, le 31 décembre 2008, un plan de gestion de l’anguille.

L’objectif de ce plan est de reconstituer la population des anguilles européennes par la mise en place des mesures suivantes :

  • Quotas de capture des civelles, réduction de la pêche des anguilles jaunes et argentées (quasiment interdite pour ces dernières)
  • Transfert de civelles vers des zones favorables à leur croissance
  • Définition de Zones d’Actions Prioritaires (ZAP) sur lesquelles les ouvrages faisant obstacles à leur montaison ou dévalaison devront être aménagés, en commençant par les ouvrages les plus en aval des cours d’eau.

Des tapis à anguilles peuvent être installés sur les ouvrages faisant obstacles en leur montaison comme sur le déversoir de la Mignonne à Daoulas en 2011. Tapis à anguille sur le déversoir de Daoulas

 

Syndicat de bassin de l'Elorn - Ecopôle - 2 Vern ar Piquet - 29460 DAOULAS - Tél. : 02 98 25 93 51 - Fax. : 02 98 25 93 53 - Mail : syndicatelorn@wanadoo.fr
Mentions légales |