Syndicat de Bassin de l'Elorn
Etablissement Public Territorial de Bassin
 

L’agriculture du bassin en quelques chiffres

Evolution de 2000 à 2010

Sur le Bassin de l’Elorn, on observe les mêmes phénomènes qu’au niveau départemental et national : c’est-à-dire une diminution du nombre d’exploitation (-37%) mais une production globale qui reste stable.

Contrairement à certaines régions, la Surface Agricole Utile n’est qu’en très légère baisse (3%).

On peut donc conclure que les exploitations ont tendance à s’agrandir : les GAEC sont plus nombreux et la part de salariés par exploitation augmente (de 2.15 à 3 Unité de Travail Annuel/EA). On observe également une augmentation des exploitations de plus de 50 ha.

RGA 2000 RGA 2010
Nombre d’exploitation agricole 1217 771
SAU (ha) 36 973 35922
Nb UTA 2626 2372
Nb UGB 182 326 180 094

Source RGA 2010

Il est important de noter que l’on observe une différence importante entre la SAU du RGA et la SAU déclarée à la PAC 2010. En effet, cette dernière est de 28 110 ha. Cette différence de près de 7800 ha peut s’expliquer de plusieurs manières :

  • le RGA prend en compte toute la SAU des exploitations qui ont leur siège sur le bassin de l’Elorn : certaines parcelles se trouvant hors du territoire. En revanche, le RGA ne prend pas en compte la SAU se trouvant sur le territoire de l’Elorn mais dont les sièges sont hors du périmètre. On peut penser que ces deux opérations pourraient s’annuler.
  • Le RGA prend en compte toute la SAU même les structures qui ne font pas de déclarations PAC. Par exemple on observe sur la pointe de Logonna Daoulas ou de Plougastel-daoulas de nombreuses parcelles de petite taille qui ne sont pas déclarées.
Evolution de 2000 à 2010
Total bovins - 10,3 %
- dont vaches laitières - 3,5 %
Total porcins 2,8 %
- dont truies mères -16,2 %
- dont porcs charcutiers 18,4 %
Poules pondeuses -14,6 %
Poulets de chair -0,5 %

Source RGA 2010

Certaines productions sont plus impactées et régressent de manière plus importante (bovins et poules pondeuses). La production porcine s’est réorganisée vers le porc charcutier. La production de poulet de chair reste stable.

De même qu’au niveau national, la population agricole de l’Elorn vieillit. La part des moins de 40 ans est descendue à 19 %. D’ici une dizaine d’années, il va y avoir de nombreuses exploitations à transmettre. Cette phase de transmission est à préparer en amont.

Source RGA 2010

La production en 2010

La production se répartit selon le diagramme suivant. On note une très grande part d’élevage hors sol. Cette production doit être surestimée de par le mode d’appréciation des orientations techniques des exploitations agricoles. En effet, pour des systèmes mixtes par exemple porc et lait, on calcul la Production Brute Standard à 5 ans par atelier, si l’une des productions dépasse les deux tiers du total, elle est affectée à toute l’exploitation. Si la répartition est plus équilibrée, les exploitations sont classées en poly-élevage.

Source RGA 2010

Selon les déclarations PAC 2010, la surface agricole se répartit de la manière suivante. Les céréales se répartissent en 2/3 de blé et 1/4 d’orge. Il n’est pas fait de distinction entre un maïs ensilage et un maïs grain. Les ¾ des surfaces en herbe sont des prairies temporaires.

Source RPG anonyme 2010

Cette répartition est très proche de la répartition départementale.

L’agriculture biologique sur le bassin

D’après le GAB 29, le bassin de l’Elorn compte en 2010, 44 exploitations bio (5,7%) qui exploitent 1201 ha de terres (4,2%). On note également que 9 exploitations sont actuellement en conversion. Ces résultats sont également proches de la moyenne départementale.

Retrouver les derniers chiffres concernant l’agriculture du le Bassin de l’Elorn issu du Recensement Général Agricole de 2010. (Hyperlien vers fiche du RGA 2010)

 

Syndicat de bassin de l'Elorn - Ecopôle - 2 Vern ar Piquet - 29460 DAOULAS - Tél. : 02 98 25 93 51 - Fax. : 02 98 25 93 53 - Mail : syndicatelorn@wanadoo.fr
Mentions légales |